Pâte de nougat

On ne va pas se mentir. Au départ, c’est bel et bien du nougat que j’avais l’intention de faire. Comme à Montélimar. Mais c’était sans compter sur mes deux mains gauches, la malchance ou le destin (au choix). J’avais tout, le goût, la couleur, plus ou moins la texture, mais… pas la tenue ! Impossible d’envisager de former des petits rectangles de nougat avec, beaucoup trop fondant. Et puis, comme il vaut mieux voir les choses du bon côté et que je commençais à piocher de plus en plus dans le plat avec une cuillère parce que c’est diablement bon, j’ai décrété que ce serait de la pâte à nougat. Et là, bingo, j’ai tout bon ! Je réfléchis déjà à son utilisation (brioche, cookies ?) mais rien qu’à la petite cuillère à même le pot, c’est addictif !

Pour environ 3 pots de pâte de nougat (cf photo)

Ingrédients :

– 450g de sucre en poudre
– 200g de miel
– 2 blancs d’oeuf
– 200g d’amandes émondées

Préparation :

– Faire griller les amandes au four, sans les brûler. Réserver.
– Dans une casserole, faire cuire le miel à feu doux puis monter la température jusqu’à 120°C. Thermomètre de cuisson indispensable.
– Dans une seconde casserole, faire cuire le sucre dans 5cl d’eau et monter la température à 110°C.

– A l’aide d’un robot, battre les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.
– Y verser le sucre en filet doucement, puis le miel.
– Commencer à battre à vitesse 1, puis augmenter jusqu’à vitesse 3 et battre pendant 5 minutes.
– Couper les amandes en deux et les ajouter à la pâte, mélanger à la spatule.
– Transvaser dans un plat en vert saupoudré de sucre glace.
– Réserver une nuit au frigo avant de mettre en pot.

Notes :

– J’ai trouvé la recette du nougat chez Carochococo et c’est la non-utilisation de glucose qui m’a donné envie de me lancer. J’ai néanmoins adapté aux difficultés que je rencontrais et vous donne donc ma version pour obtenir au final de la pâte (assumons de ne pas avoir réussi à faire du nougat !).

– Dans la recette d’origine, il fallait faire cuire le sucre jusqu’à 145°C. Je n’y suis jamais arrivé. La première fois, j’ai fait cramé le sucre qui s’est transformé en caramel et que j’ai à peine pu sauver avec du beurre salé (question : que fait-on d’une brique de caramel ?). La deuxième tentative n’était pas sur une meilleure voie, j’ai donc stoppé à 110°C et c’est ce que je vous invite à faire !

– Je termine sur le pur bonheur en bouche de cette pâte de nougat. C’est très sucré, forcément, entre le sucre et le miel, mais ça fond en bouche et on a en bonus un délicieux goût d’amandes grillées. Miam !

Cuisinière téméraire dotée de deux mains gauches, d'une imagination parfois débordante et de bonne volonté pour progresser...

20 commentaires

  1. est-ce qu’il n’aurais pas fallu faire comme pour les guimauves c’est à dire mettre un peu de gélatine pour obtenir une pâte plus compacte? EN tout cas je verrais bien cette pâte dans des muffins ou une tarte nougat chocolat. BOnne soirée

  2. Trop fort ce concept de la pâte à nougat, ça doit effectivement être super bon!! J’en saliverais presque!! mais je suis pas trop malheureuse je boulote des cookies home made au chocolat blanc!! et c’est sûr les cookies à la pâte à nougat ça doit être extra!

  3. Merci pour ce délice ! 😉
    Tu peux t’en servir pour noël : petites boules de chocolat farcies au nougat onctueux…
    Entre 2 macarons, en glace (parfumer une crème anglaise)… en coulis de dessert divers et variés. Je suis sure que tu trouveras de supères recettes pour nous faire saliver. ♥

  4. J’aime beaucoup la texture de ton pseudo « ratage » que tu as transformé en une réussite gourmande comme tu dis à déguster à la petite cuillère..je verrais bien des boules de nougat enrobées de choco (là on n’a plus peur de kcal)donc on met la totale…dire que je n’en ai jamais fait de peur de tout déguster. Biz bien amicale et une spé au bel A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *